Déchiffrer une étiquette : un casse-tête chinois ?

Quand on n’est pas expert, il est difficile de comprendre les toutes petites indications de nos étiquettes. S’ajoute à la composition, les conseils d’entretien (lavage, séchage et repassage) et la provenance qui je rappelle est facultative en France, et éventuellement des logos. Alors voici un petit guide pour au moins déchiffrer la composition textile et identifier les différents types fibres.

Premièrement, il existe deux types de fibres :

 fibres naturelles : elles sont d’origine végétale ou animale

– fibres chimiques : elles sont artificielles (produites par un processus chimique) ou synthétiques (produites surtout à partir d’hydrocarbures).

Attention, là ça se complique : il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises fibres. Il y a du bon et du mauvais dans les deux catégories. C’est assez évident pour les fibres chimiques mais même les fibres naturelles sont nocives pour notre planète. Elles sont certes biodégradables mais elles consomment beaucoup d’eau et de pesticides. Sauf si elles sont bio.

Si les fibres chimiques consomment des substances chimiques dans leur processus de fabrication, il existe une exception : le lyocell ! Il provient d’eucalyptus, le processus chimique consomme peu d’eau et utilise des solvants organiques recyclables et du bois labellisé.

Vraiment compliquées ces étiquettes. Vous l’avez compris, il existe peu de matières textiles éthiques donc :

en bref : On favorise le coton bio et pas BCI, le lin, la soie et la laine équitable et le lyocell. On peut également utiliser du polyester mais attention seulement s’il est recyclé !

Pour bien retenir les bonnes et les mauvaises matières, ci-dessous un petit visuel récapitulatif. À partir de maintenant, vous serez bien armées pour consommer en toute conscience ! 

Loading Likes...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *